On a découvert la cause génétique du lupus

Publié le par Nina Atté

Comme à l'accoutumée, je cherche sur internet des informations sur le lupus. Ce que je constate, c'est qu'il y a plus d'articles anglais sur le lupus que ceux en français. C'est pourquoi je trouve intéressant de traduire ce genre d'articles et de vous en faire profiter. Le journal Yale Daily News a édité cet article "On a découvert la cause génétique du lupus", rédigée par by Phoebe KIMMELMAN .

Lisez plutôt :

Il se peut qu'une récente étude débouche sur une guérison du lupus. A l'école de médecine de Yale, les chercheurs ont identifié une mutation génétique qui provoque le lupus, une maladie auto-immune sans guérison connue. Le gène répare généralement les erreurs des séquences d'ADN et les chercheurs ont observé des symptômes du lupus sur des souris quand le gène est muté. Pendant que la découverte ouvre de nouvelles possibilités de recherche, l'étude publiée dans le Cell Reports le 16 janvier, n'a pas nommé le mécanisme qui associe avec précision la mutation à la maladie.

'Depuis longtemps, les gens pensaient que des mutations sur la réparation de l'ADN pourraient être liées au lupus et c'est en réalité l'une des principales preuves qu'une mutation dans la réparation de l'ADN soit liée au lupus', dit Joann Sweasy, auteur principal de recherche et professeur de radiologie thérapeutique et génétique à l'école de médecine de Yale.

Les chercheurs ne concevaient pas d'examiner les gènes du lupus. A la place, ils ont d'abord essayé d'identifié comment le mécanisme de la réparation de l'ADN fait la distinction entre les bases incorrectes et les bases correctes de l'ADN. Pour répondre à cette question, l'équipe de recherche a muté le gène POLB de la réparation de l'ADN dans les souris, pensant que celles-ci ne présenteraient pas de symptômes de cancer.

Cependant, à la place du cancer, les chercheurs ont commencé à voir des symptômes du lupus. Le plus frappant, c'est qu'ils ont remarqué que les souris avaient des taux élevés d'anticorps antinucléaires, un marqueur classique du lupus. Selon Sweasy, il se pourrait que la raison de ces taux élevés soit que le gène POLB muté ait créé des anticorps qui ont attaqué des cellules d'animaux conduisant au lupus.

Le résultat est prometteur pour aider les médecins à diagnostiquer le lupus et pour que les chercheurs mettent au point des traitements, dit Alireza Senejani, le principal auteur de l'étude et chercheur scientifique spécialisé en radiologie thérapeutique à l'école de médecine de Yale.

'Je pense que les dons offerts à la communauté scientifique resteront élevés car le lupus est une maladie très complexe et il y a beaucoup à apprendre', dit-il. Ce que nous avons découvert, c'était à quel point le parcours de l'ADN est important.

Selon Betty Diamond, Directrice du Centre des Maladies Musculosquelettiques et auto-immune à l'Institut Feinstein de recherche médicale New York impliquée dans l'étude, il se peut que la nanotechnologie détienne la clé pour identifier la source des anticorps antinucléaires, l'étude que les chercheurs ont observé.

Localiser l'origine des anticorps permettra aux chercheurs de mettre au point des traitements à peine toxiques, dit-elle.

Pourtant, pour Eric Meffre, un professeur de l'immunobiologie à l'école de médecine de Yale, la nature corrélationnelle de l'étude laisse beaucoup de question en suspens.

'Je pense que l'une des grandes questions qui restent à considérer, est que malgré certaines observations enregistrées dans le manuscrit, ça n'explique pas vraiment pourquoi les souris ont développé le lupus'.

Selon l'Institut de recherche du lupus, la maladie touche actuellement plus de 1,5 millions d'américains.

On a découvert la cause génétique du lupus
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article